Pourquoi éviter les dettes longs termes?

dettes

Les dettes, tout le monde y passe un jour ou l’autre, pour diverses raisons. Ces diverses raisons entraînent de fait des prêts plus ou moins importants, ce qui entraîne donc des dettes plus ou moins importantes, dont dépendra souvent votre facilité de remboursement. Un prêt n’est pas à contracter de manière futile, compte-tenu de l’engagement qu’il représente. Lorsque vous contractez un prêt, plusieurs règles sont à respecter afin de ne pas s’engager sur le long terme à rembourser un prêt ad vitam aeternam. De nombreux prêts – y compris des prêts de consommation – peuvent être contractés et remboursés sur plusieurs années, tout du moins sur une durée excessivement longue compte-tenu des sommes empruntées. Soyez donc vigilant à respecter ces quelques points !

Évitez le recours régulier et automatique à l’emprunt

De nombreux foyers modernes ont aujourd’hui pris l’habitude de « vivre à crédit ». Cela n’est pas forcément des plus conseiller car même si au moment de passer l’emprunt les foyers disposent d’un important pouvoir d’achat conféré par la somme prêtée, sur le long terme cette somme doit être remboursée et l’argent appelant l’argent, ils doivent rembourser, en plus du capital qui leur a été prêté, les intérêts qui se sont ajoutés depuis le temps de l’emprunt. Cela cause donc sur le long terme une perte significative du pouvoir d’achat de ces foyers qui à force de crédits se noient sous leurs dettes qu’ils ne peuvent, pour certains, plus rembourser.
L’emprunt doit donc rester pour vous quelque chose de ponctuel, pour ne pas dire d’accidentel, afin de faire face aux petits imprévus de la vie courante que vous ne pouvez affronter sans y recourir. Toutes les occasions vous permettant d’éviter ce recours doivent être saisies car gardez toujours à l’esprit que ce que vous achetez au prix P aujourd’hui, coûtera P+intérêts demain.

Éviter de vous engager de manière trop longue

Il est certains emprunts, certaines dettes, que l’on ne peut bien évidemment pas prendre sur de courtes durées. Il en est par exemple ainsi des prêts immobiliers, consentis pour l’achat d’un immeuble. Compte-tenu des sommes mises en jeu, il est bien évident que le remboursement ne peut se faire de manière rapide.

Pour ce qui est des « petits crédits », veillez à ne pas alourdir votre dette inutilement en allongeant les délais de remboursements. En effet, plus vous êtes amené à étendre vos remboursement dans la durée, plus votre emprunt vous coûte cher. Cherchez donc à minimiser votre dette.

Dans tous les cas, soyez toujours vigilant, un dette coûte cher et ne doit pas être trainée dans le temps. Plus vite vous la rembourserez et moins elle aura le temps de vous coûter cher.

De manière importante aussi, pensez à n’emprunter que le strict minimum. Ainsi vous pourrez ne pas dépenser plus que ce qui n’avait été prévu, et n’aurez surtout à rembourser que ce qui vous aura été utile.

En résumé

Une dette vous coûtera cher. Plus vous l’étalerez dans la durée et plus elle vous coûtera de l’argent, les intérêts étant répartis sur une durée plus importante. Minimiser vos durées de remboursements revient à minimiser votre dette et donc à vous faire économiser de l’argent.

Comment établir son profil d’investisseur?

Prudent? Aventurier? Un doux mélange des deux? Il existe un grand nombre de types de profils d’investisseurs et avant de choisir les éléments qui composeront votre portefeuille, il est essentiel de savoir dans quelle catégorie on se situe. S’il est tout à fait normal de vouloir faire fructifier son argent, perdre le sommeil à force de s’inquiéter l’est beaucoup moins.

Pour dresser votre profinvestissementil d’investisseur, vous devez être au fait de vos objectifs financiers, l’échéance que vous avez déterminée pour atteindre les buts visés ainsi que votre niveau de tolérance au risque.

Vos objectifs

Il est bien entendu que ce que vous souhaitez en tout premier lieu en tant qu’investisseur, c’est de faire fructifier votre argent. Mais dans quel but précisément? Pour percevoir un revenu de placement stable? Obtenir un rendement supérieur à celui que vous pourriez recevoir d’un compte d’épargne classique? Accumuler des sous en vue d’un projet d’envergure? Constituer un capital pour donner un coup de pouce à vos enfants ou petits-enfants? Conserver un bon niveau de vie au moment de prendre votre retraite?

Les réponses à ces questions devraient vous aiguiller.

Votre horizon de placement

Bien entendu, plus éloigné est votre horizon de placement – c’est-à-dire l’échéance que vous vous êtes fixée pour parvenir à vos fins – plus vous pouvez consentir à prendre des risques, puisque les pertes dues à l’instabilité des marchés financiers peuvent être compensées à long terme. Le temps dont vous disposez joue donc un rôle important dans la mise en application de votre stratégie d’épargne.

Dans le cas d’une jeune personne qui n’a pas l’intention d’utiliser son capital dans un futur proche, opter pour une solution de placements clé en main est un choix judicieux. Ils prennent certes plus de temps à donner un rendement optimal, mais ce dernier est souvent supérieur.

Par contre, il serait plus pertinent pour un individu qui songe à prendre sa retraite de penser sécurité et avantages fiscaux avant tout en vue de s’assurer d’un revenu régulier.

Votre tolérance au risque

Avant de mettre en œuvre votre programme d’investissement, vous devez déterminer jusqu’où votre tolérance au risque peut aller. Quelle serait votre réaction face à d’importantes fluctuations ou détérioration de la valeur de vos placements? Vous avez l’audace nécessaire pour les accepter et l’idée d’un rendement élevé vous transporte ou préférez-vous vous accommoder d’un rendement plus humble pour ne pas perdre le sommeil?

Bâtir une stratégie d’épargne qui vous permet à la fois de sécuriser et d’accroître ses placements est possible si on s’assure de déterminer convenablement son profil d’investisseur.

Vous pouvez avoir accès à des simulateurs financiers en ligne tout à fait gratuitement, qui vous disent tout (ou presque) sur ce que vous devez savoir avant d’investir.

Est-il nécessaire de préparer sa pension ?

tirelireAujourd’hui, compte-tenu de la conjoncture, il apparaît indispensable que chacun ait à coeur de préparer sa pension. Ne sachant en effet pas de quoi le lendemain sera fait, il est très imprudent de partir à l’aventure sans même se soucier des éventuels imprévus qui pourraient survenir. Il apparaît donc clair qu’il y a plusieurs raisons poussant à préparer dès à présent votre pension, ainsi que plusieurs moyens de la préparer.

Pourquoi préparer une pension?

Il y a plusieurs raisons essentielles qui peuvent vous pousser à préparer votre pension, et la première est nécessairement le fait d’envisager un complément de revenu dans votre futur. Que vous commenciez à travailler ou que cela fasse plusieurs années que vous êtes actif, il est toujours temps de commencer à envisager un placement pécunier qui vous permettra d’envisager plus sereinement vos vieux jours. En effet, même si vous pouvez bénéficier de diverses sources de revenus une fois votre activité professionnelle terminée, il n’est jamais négligeable de disposer de plus de fonds afin de ne pas perdre en niveau de vie. Cela vous sera permis grâce à votre pension, que vous allez dès maintenant commencer à créer.

Préparer votre pension revient aussi à faire le choix de mettre mensuellement une somme d’argent de côté, afin de vous prévenir contre tout risque éventuel de la vie. Vous êtes ainsi plus serein pour envisager l’avenir avec une plus grande autonomie financière. Vos années de labeurs porteront ainsi leurs fruits.

Comment préparer sa pension?

Dans la plupart des cas la pension se prépare avec votre banquier qui sera le mieux placé pour vous permettre de réaliser les meilleurs placements. Il vous connaît financièrement mieux que personne et saura vous aiguiller vers les produits qui vous conviendront le mieux, et vous permettront de maximiser l’argent que vous aurez placé.

Il faut conserver à l’esprit que deux choix majeurs s’offrent à vous. La première option est constituée par un capital alors que la seconde est constituée par des mensualités qui vous permettront l’obtention d’une rente.

Concernant le capital, il s’agit d’un placement que vous faites sous forme de livret, ou de plans d’épargnes. Chaque mois vous déposerez ainsi sur ce placement une somme d’argent (que vous pourrez éventuellement moduler en fonction de vos capacités) afin de laisser ce capital fructifier grâce aux taux d’intérêts. Vous disposerez ainsi d’une pension sous forme de capital, où vous disposerez de l’intégralité. En ce qui concerne la rente, le système pourrait s’assimiler à une assurance. En effet, vous allez durant toute votre vie payer mensuellement des cotisations qui permettront de former un capital qui vous sera ensuite reversé sous forme de rentes mensuelles. Vous toucherez ainsi un salaire mensuel formant un complément à votre pension.

Ces méthodes permettent de préparer plus sereinement vos vieux jours, sans craindre d’être un jour dans le besoin.

Obtenir un crédit hypothécaire: pourquoi, pour qui, comment ?

hypothequeLe prêt hypothécaire est un prêt consenti par une institution financière moyennant un bien immobilier comme garantie. Ce bien immobilier peut être un terrain nu ou un bâtiment dont le demandeur est propriétaire. Il peut s’agir aussi du bien immobilier que le demandeur envisage d’acheter et pour lequel il introduit la demande de prêt. On dit que le bien est hypothéqué.

Pourquoi un crédit hypothécaire ?

Le prêt hypothécaire peut être demandé pour des besoins privés ou professionnels. Il peut donc servir à l’acquisition d’un terrain, à la construction ou la rénovation d’une habitation ou d’un bâtiment professionnel. Il peut aussi être utilisé pour l’achat d’une voiture ou de tout autre bien mobilier. Certains l’utilisent pour racheter des prêts existants.

Montant du prêt

Un expert immobilier estime la valeur du bien hypothéqué afin de déterminer le montant auquel le demandeur peut prétendre. Généralement, l’organisme prêteur accepte d’octroyer un prêt égal à 80% du prix estimé, parfois plus, moyennant une assurance complémentaire. Ceci montre que le prêt hypothécaire représente le moyen d’obtenir des sommes importantes et qu’il faut dès lors le réserver à des fins importantes.

La durée du crédit

Puisque le prêt hypothécaire est spécialement destiné aux gros projets d’un montant élevé, la durée des remboursements s’échelonne sur une plus longue période que les autres emprunts. La durée idéale est de 20 ans bien qu’il soit possible de rembourser sur un délai plus court ou plus long. Cela permet de s’adapter aux possibilités financières du demandeur.

Le taux du crédit hypothécaire

Le taux appliqué est en fonction du marché au moment de la signature du contrat. Une petite fraction de celui-ci est toutefois négociable. Une situation financière équilibrée, des revenus stables et un apport personnel sont autant de facteurs qui permettent de diminuer cette part négociable.

Le taux peut être fixe ou variable.

Dans le premier cas, les remboursements sont constants du début à la fin du contrat. Le taux est légèrement plus élevé que le taux variable qui comme son nom l’indique fluctue dans le temps. Un taux variable est recommandé pour les prêts de courte durée ou lorsque le marché financier montre des tendances à la baisse.

Le bien hypothéqué

Le bien mis en garantie doit servir à rembourser le créancier en cas de défaillance de l’emprunteur. Dans ce cas, le bien est saisi et mis en vente au profit de l’organisme prêteur à concurrence du montant restant dû. Une assurance vie est généralement exigée de manière à rembourser le prêt en cas de décès de l’emprunteur. Cette précaution met les héritiers à l’abri de toutes charges éventuelles.

Les cartes de crédits : bonne ou mauvaise idée?

Les cartes de crédits sont parmi les moyens de paiements les plus répandus aujourd’hui sur notre marché bancaire. Comme toutes les autres cartes de paiements, elles permettent de payer auprès des marchands, mais aussi de retirer de l’argent auprès de distributeurs automatiques de billets. La principale différence avec les cartes concurrentes réside en ce que ces cartes de crédits vous offrent la possibilité de payer vos achats courants « à crédit ». C’est-à-dire qu’au moment de régler vos achats, vous avez la possibilité de choisir pour un paiement en plusieurs fois. Dans ce cas ce sera votre banque qui règlera la somme au marchand et vous devrez ainsi rembourser votre banque. Il apparaît donc clairement ici qu’il existe des avantages et des inconvénients à ce système qui ne saurai souffrir d’aucune remarque.

Les avantages de la carte de crédits

Avec votre carte de crédits vous n’avez plus à vous soucier des fins de mois difficiles, vous n’avez plus à vous inquiéter en cas de panne d’un de vos équipements électroménager car vous pourrez en changer très rapidement en étalant le paiement sur plusieurs mois. Cela vous permet donc de gérer vos finances au quotidien et de vous décharger d’un paiement trop lourd que vous auriez dû effectuer en une seule fois. Cet avantage n’est pas négligeable puisqu’il peut vous permettre de ne pas vous retrouver à découvert à la fin de votre mois, ce qui vous ferait payer de nombreux intérêts.

Ce système est très souvent proposé gratuitement par les banques, ce qui en fait un produit très intéressant puisque les achats que vous effectuez ne vous coûteront que le prix indiqué en magasin, sans intérêts supplémentaires.
visa

D’autres cartes de crédits sont désormais proposées par les grandes enseignes, afin que vous puissiez régler à crédit auprès de leurs magasins. Ces enseignes pratiquent souvent d’importants taux d’intérêts sur les transactions effectuées, ce qui vous fait payer vos achats plus chers. Le système reste cependant similaire à celui de votre banque.

Les inconvénients de la carte de crédits

Comme tout crédit, celui réalisé par votre carte bancaire vous engage et doit être remboursé. Vous devez donc bien veiller à disposer des capacités nécessaires afin de rembourser soit votre banque, soit l’enseigne qui vous aura fait crédit pour vous permettre de vous fournir chez elle. Dans tous les cas il y a plusieurs inconvénients à ce système.

Le premier problème est que le crédit peut être contracté très aisément, sans même prendre réellement en compte son importance, sans avoir nécessairement la situation financière du compte entre les mains ou en connaissance.

Le risque majeur est donc d’atteindre par petits crédits un taux de surendettement très important qui ne pourra pas être soldé aisément. Cette technique est donc à prendre avec beaucoup de prudence.

Les achats à crédits qui ne passeraient pas par la carte de votre banque mais par celle d’une enseigne sont souvent onéreuses par leurs intérêts, ce qui alourdit votre facture finale.

Financer d’autres projets: le prêt personnel

Le prêt personnel, aussi appelé prêt à tempérament, est un prêt de courte durée destiné à financer, à titre privé, bon nombre de projets divers comme l’achat d’une voiture, d’électroménagers, de meubles, etc. Il peut aussi servir à payer des travaux de rénovation à l’habitation, à racheter des crédits existants pour ne plus avoir qu’un seul paiement à honorer ou encore simplement servir à renforcer la trésorerie.

Montant et durée du prêt personnel

Le minimum à emprunter par prêt personnel est de 2500€, le maximum étant de 50 000€. C’est le montant emprunté qui détermine la durée des remboursements. Ceux-ci sont mensuels et leur montant fixe. La durée de remboursement la plus courte est de 24 mois tandis que pour les montants allant de 20 000 à 50 000€, la loi prévoit une période de 120 mois. Un remboursement anticipé partiel ou total est possible, moyennant le paiement d’une pénalité.

Coût du prêt

Le coût total à payer pour l’argent emprunté est appelé TAEG, c’est-à-dire taux annualisé effectif global et s’exprime en pourcentage. Il comprend l’intérêt de l’emprunt augmenté des frais découlant de ce contrat ainsi que les frais d’assurance si l’organisme prêteur en exige une.
– More After The Jump –

Les avantages d’un compte d’épargne

tirelireLa majorité des épargnants savent ce qu’est un compte d’épargne. Il s’agit en substance d’un compte souscrit auprès d’une institution bancaire qui permet de verser et de retirer librement des sommes d’argent, principalement celles qu’on ne souhaite pas utiliser à des fins de consommation. Mais savent-ils vraiment en quoi la souscription à ce type de compte peut être profitable lorsqu’ils l’intègrent à leur stratégie financière? Bref aperçu.

Un bon moyen d’économiser

Le compte d’épargne a comme principal avantage d’offrir aux consommateurs – comparativement au compte courant – des taux d’intérêt plus élevés, idéal pour encourager un individu à accumuler des économies dans le but de réaliser un projet à moyen terme.

Il faut savoir que le calcul des taux d’intérêt (qui se situe en général entre 2 et 3 %) peut varier selon l’institution avec laquelle on fait affaire, le compte d’épargne que l’on possède ainsi que le montant d’argent épargné. Pour certains comptes, il est en effet possible de profiter d’une hausse du taux d’intérêt lorsqu’un montant prédéfini est atteint. Pour d’autres, certaines conditions s’appliquent, comme l’obligation de conserver un solde minimal (qui peut parfois être assez élevé) pour que des intérêts puissent être versés.

– More After The Jump –

Conseils pour débuter à investir en bourse

Investir en bourse nécessite de disposer d’un minimum d’informations avant de se lancer dans des opérations qui pourraient se révéler désastreuses pour l’investisseur. Ainsi, nous allons vous donner quelques conseils pour éviter les erreurs du néophyte.

L’investisseur doit avoir conscience que tout investissement en bourse est risqué, la perte en capital est possible. Investir en bourse, ce n’est pas comme épargner sur un compte d’épargne où le risque est nul et le rendement progresse proportionnellement à la durée du placement.

la-bourseDans la mesure où les placements en bourse sont risqués, il faut limiter son investissement et ne mettre qu’une partie de son épargne.
Il est conseillé de placer une somme d’argent dont on n’aura pas besoin à court terme. En effet, si vous avez un projet immobilier dans les mois à venir, il est recommandé de sécuriser son argent par un placement dans un compte d’épargne plutôt que de l’investir en bourse et subir les contrecoups du marché qui vous laisseront au moment de l’achat de votre appartement un capital amoindri.

Même s’il ne faut pas regarder quotidiennement son portefeuille titres, avoir l’œil rivé sur son écran d’ordinateur pour visualiser le cours de ses actions, il est nécessaire de suivre fréquemment son investissement et de ne pas hésiter à procéder à des ventes quelle que soit l’évolution du cours des actions. Si le cours d’une action chute, il faut savoir vendre avant que la perte n’augment davantage. Inversement, si le cours a progressé de façon significative ou a atteint l’objectif fixé, il faut savoir prendre sa plus value latente plutôt que de subir un retournement du cours.

Comment choisir ses titres ? On peut pour une même somme d’argent soit acheter directement des actions d’une entreprise, soit acheter une sicav ou un fond commun de placement qui consiste à détenir les titres de plusieurs sociétés et ainsi diluer son risque.
Pour se positionner sur tel ou tel titre, il est nécessaire de se faire conseiller, soit par son banquier, soit en lisant des revues spécialisées si on ne dispose pas de temps nécessaire ou des connaissances requises pour faire une analyse financière de l’entreprise pour laquelle on souhaiterait souscrire des actions.
En outre, on peut suivre les principes du grand investisseur américain Warren Buffet, parmi lesquels ceux d’investir dans des entreprises qui font des bénéfices et de bien comprendre l’activité de la société.